Bricolage : comment (bien) souder de l’aluminium ?

L’aluminium est un métal léger et mince que l’on retrouve dans tous les ateliers. Pour bien le souder, on va chercher à travailler à basse température pour éviter les fameux trous dans le matériau. L’aluminium est très réactif. Il forme donc une couche d’oxyde lorsqu’il est exposé à l’air ambiant. Cela constitue un obstacle au soudage car il en résulte des soudures poreuses et de mauvaise qualité.
Vous devrez donc enlever la couche d’oxyde à l’aide d’une brosse métallique avant de souder. Mais il faut travailler rapidement, car il suffit de quelques instants pour que la couche se reforme. On vous explique aujourd’hui comment travailler l’aluminium avec une technique simple : le soudage MIG. C’est parti pour ce mini-guide avec trucs et astuces de pro !

Pourquoi utiliser l’aluminium ?

L’aluminium est l’un des matériaux les plus populaires pour le soudage, et il y a plusieurs bonnes raisons à cela : il est mince et très léger tout en restant solide et résistant. L’aluminium pur a un point de fusion d’environ 660 °C, et il est hautement conducteur de chaleur et d’électricité. De plus, l’aluminium peut être allié à de nombreux autres métaux, ce qui le rend encore plus solide et plus durable.

Les différents alliages d’aluminium

Il existe de nombreux types d’alliage d’aluminium différents, il peut donc être difficile de se souvenir de caractéristiques mécaniques et chimiques de chaque variété. Il existe un système de classification qui donne à chaque alliage d’aluminium un numéro à quatre chiffres :
• 1XXX : les alliages d’aluminium qui commencent par le chiffre 1 sont purs. Ils sont fabriqués presque entièrement en aluminium, avec une teneur en aluminium de plus de 99 % ;
• 2XXX : généralement utilisés dans la fabrication des avions, les alliages commençant par le chiffre 2 sont généralement fabriqués à partir de cuivre avec un revêtement en aluminium. Ils sont très solides, mais ils ne sont pas très résistants à la corrosion ;
• 3XXX : les alliages d’aluminium commençant par le chiffre 3 contiennent environ 1,5 % de manganèse. Ils ne peuvent pas être traités thermiquement, mais ils sont très faciles à travailler et constituent donc un excellent point de départ pour les nouveaux venus dans le domaine du soudage de l’aluminium et des alliages d’aluminium ;
• 4XXX : il n’est pas rare de trouver des électrodes de soudage commençant par le chiffre 4. Ce type d’alliage contient du silicium, qui peut réduire considérablement le point de fusion du métal ;
• 5XXX : les alliages commençant par le chiffre 5 contiennent du magnésium. Ils sont assez faciles à utiliser, solides et résistants à la corrosion, mais présentent parfois des problèmes de robustesse sur le long terme. Bien que le soudage de l’aluminium utilise généralement des températures relativement basses, vous devez essayer d’éviter les températures trop basses avec ces alliages ;
• 6XXX : ces alliages sont assez résistants et polyvalents car ils peuvent être traités thermiquement. En effet, ils contiennent une certaine proportion de silicium et de magnésium ;
• 7XXX : utilisés également pour les avions, les alliages commençant par le chiffre 7 ont une résistance très élevée. Ils contiennent du zinc et du magnésium, ce qui les rend traitables thermiquement.

Principes de base du soudage MIG ou GMAW

Le soudage MIG de l’aluminium est possible, à condition de régler votre équipement sur le courant continu et l’inversion de polarité ou Inverter (retrouvez des explications sur le soudage Inverter ici). Avant de commencer à souder de l’aluminium par procédé MIG, vous devez vous procurer un réservoir de gaz de protection. Le gaz argon est idéal, car il permet d’obtenir un arc stable et très doux.
Cependant, un mélange argon-hélium, moins cher, pourra également faire l’affaire. Le principal avantage de l’utilisation du gaz argon/hélium est qu’il permet une pénétration plus profonde, mais attention à ne pas l’utiliser sur un métal trop mince. Si vous décidez de choisir un gaz de protection « combiné », préférez un mix de 75% d’hélium et de 25% d’argon pour les meilleurs résultats.
Le fil de remplissage en aluminium a tendance à bloquer le système très facilement, alors essayez d’utiliser un système d’alimentation de fil à traction-poussée ou un pistolet à bobine. Si vous travaillez dans des espaces restreints ou si vous faites beaucoup de travail hors position, le pistolet à bobine s’impose.

Comment souder de l’aluminium au MIG ?

Armez une électrode de soudage propre à environ deux centimètres du point de démarrage de votre soudure, puis déplacez-la rapidement jusqu’au point de départ. Utilisez la technique du cordon en vous déplaçant le long de la soudure, mais veillez à ne pas changer l’angle de l’électrode au fur et à mesure que vous avancez. Vous devriez de toute façon vous déplacer assez rapidement, mais lorsque vous approchez de la fin de la soudure, essayez d’augmenter la vitesse. Cela réduira la taille du bain de soudure et, par conséquent, le nombre de fissures tout en protégeant l’aluminium de l’oxydation.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *